Trésors découverts

  • Camille la Bulle - Trésors découverts (22)

    CA MILLE (LA BULLE)

    Les beaux oxygènes de la Bulle

    http://camilleart.e-monsite.com/

    https://www.facebook.com/camille.labulle

    a ca a.jpgQui est cette fille, cette artiste, s’irise-t-elle à la lumière, qui l’a soufflée, d’où vient-elle, que fait-elle, dans quelle bande dessinée paraît-elle, dans quelle flûte siffle-t-elle, comment est-elle devenue ce qu’elle est aujourd’hui ? Soumise au feu ardent (et pacifique) de nos questions, elle consent à s’expliquer.

    « Née à Evreux en 1983. Je suis élevée par ma maman dans un quartier hlm. Aussi loin que je m'en souvienne, dès ma plus tendre enfance, je n'ai jamais arrêté de dessiner et de créer. Un de mes objets favoris... un vieux tournevis avec un joli manche en bois…j'aimais monter, démonter, rafistoler... Enfant timide, introvertie, hypersensible et rêveuse... A l'adolescence (très très chaotique), je planque ma timidité et sors de mes gongs!!!!  Je deviens grande gueule, à hurler après toutes les injustices!!! Je cherche mes limites......et... je perds un ami......depuis la mort est quelque chose qui me poursuit....me fascine, mais m'angoisse. Ce fut une période très très chaotique dans ma petite vie, car je prends conscience que nous ne sommes évidemment pas grand chose.... Je commence à gouter à quelques excès de la vie, je me cherche..... Puis je me forme aux métiers de la Céramique, avec des céramistes de Haute-Normandie, à partir de 2003. Ce fut une révélation.....apprivoiser l'argile.....apprendre la patience.. En 2006, je m'installe en Auvergne, où j'y découvre une argile locale, l'argile de Grizols. L'envie de sculpter et de reproduire tout ce qui me passionne se fait de plus en plus imposante. Je vais également m'essayer à la peinture, mélangeant les médiums entre eux. Je réalise des travaux sur papier, sur toile, sur bois, sur tout ce que je récupère (déchets publicitaires). Je travaille en « techniques mixtes », collages, peinture, dessin, ....où des éléments humains de publicité, que je sculpte, mêle entre eux, pour créer les personnages de mon imaginaire, se retrouvent en collages, rehaussés à la peinture. »

    a ca 1.jpgOui, de suite, cette aérienne et rare demoiselle la Bulle (qui a étudié à l’école buissonnière de la vie), par la manière dont elle se décline, nous est sympathique et nous touche. Deux ou trois choses, davantage, nous ont immédiatement, à la consultation des éléments de sa production, sauté aux yeux et aux méninges : la citoyenne la Bulle, si elle est fragile, n’est pas creuse du tout, elle a la coloquinte fourrée d’idées, de rêves, de nuages et d’images, Camille la Bulle est gonflée, elle pétille, c’est un soda bienfaisant, une blanquette exquise, elle est légère et ascensionnelle comme un aérostat, une abeille, un papillon, elle est lourde comme la peine et le chagrin réunis, elle vit en bohème dans le jardin fleuri de son esprit, elle a découvert sa vocation alors qu’elle zigzaguait un peu désespérément dans la vie, elle a du talent, un talent singulier et atypique, un talent qui a une plume remarquable au chapeau, un talent de squaw en quelque sorte, elle a quelque chose d’une squaw, elle fait des doigts d’honneur, elle a de beaux yeux d’un bleu qu’on voit à certains ciels, à certains dauphins, à certaines baies, elle est tragicomique, elle a un vrai sens de la création et de la récréation, elle sculpte et modèle de petites statuettes précieuses, de petits totems chargés d’âme, de poésie et de grâce, c’est une sorcière, une sourcière, une chamanesse, elle sait nager ou du moins elle flotte mais c’est peut-être, à sa manière, une nymphe des eaux, un hippocampe, une sirène auvergnate, dès qu’elle cesse de loucher ou de grimacer, elle est jolie, il y a de drôles de poissons dans ce bocal agité qui lui sert lieu de cafetière, elle a un poupon qu’elle chérit et qui est beau comme un cœur de pinson, elle porte parfois des lunettes solaires qui lui font une horrible tête de mouche carnivore, elle s’est installée en Auvergne mais n’a fait commerce ni du charbon ni du vin ni ne s’est laissé pousser la moustache, elle a un masque qui lui permet de tenir tête aux gaz lacrymogènes, elle est douée pour la tendresse et l’effronterie, elle est plus tendre qu’effrontée sans doute, elle est effrontée quand même, elle est humble et inventive, elle a le sens de l’image, de la composition, derrière la simagrée et le pied de nez, elle a une ligne esthétique, un vrai savoir-faire, une élégance, elle est humble et bienveillante, elle est assise sur la charge explosive de sa sensibilité. Ce peintre avec colle et ciseaux est à l’aube d’une carrière, je crois.

    a ca 2.jpg

    a ca 3.jpg

    a ca 4.jpg

    a ca 5.jpg

    a ca 6.jpg

    a ca 7.jpg

    a ca 8.jpg

    a ca 9.jpg

    a ca 10.jpg

    a ca 11.jpg

    a ca 12.jpg

    a ca 13.jpg

    a ca 14.jpg

    a ca 15.jpg

    a ca 16.jpg

  • Aurore LEPHILIPPONNAT - Trésors découverts (11)

    AURORE  LEPHILIPPONNAT

    La formidable rencontre de l’art et du sauvage 

    https://www.facebook.com/alephilipponnat/photos_albums

    a AL 1.jpgAurore Lephilipponnat est une jeune et très talentueuse artiste peintre et dessinatrice française née le 4 novembre 1983. Elle est animiste et milite pour les droits des animaux. Elle vit à Trans-en-Provence. Elle pratique aussi la performance (peinture en direct devant un public).

    L’univers de l’artiste, ai-je d’abord envie d’écrire avec une consciente superficialité, n’a pas grand-chose à voir avec sa jeunesse et sa joliesse. Elle présente sans doute une lointaine parenté avec l’univers du peintre et dessinateur autrichien Egon Schiele mort à 28 ans de la grippe espagnole en 1918. Ceci pour rappeler qu’on peut être jeune et porter sur ses épaules toutes les hantises du monde. Il y a une influence de Klimt, avec quelques citations et, dirait-on, une espèce de dialogue engagé avec lui. Mais ceci, l’évocation des parentés, des influences vaut surtout quand on ne sait trop que dire d’une œuvre. Disons que l'artiste témoigne dans son oeuvre de son amour de l'art et de sa passion pour certains artistes.

    a AL 2.jpg    a AL 3.jpg    a AL 4.jpg

    Le travail de Lephilipponnat semble résulter d’une sorte de précipitation de la maturité en même temps que d’une exacerbation de la lucidité. On semble parfois même être confronté à l’oxymore d’une lucidité hallucinée qui permet à l’artiste de voir au travers des corps qu’elle peint avec vigueur et force, de faire en sorte que l’agencement même des lignes qui composent ces corps en expriment les violents états émotionnels. Ces corps, elle les saisit dans leurs fièvres, leurs passions, leurs convulsions ou leurs décrépitudes. Il s’agit souvent, plus spécifiquement peut-être dans ses dessins, d’une saisie violente et torturée. L’artiste semble chercher à capturer la structure de l’être, son ossature, son squelette, son décharnement. Elle donne aussi, me semble-t-il, sa faille. Elle semble vouloir aller jusqu’à l’os mais en même temps jusqu’à l’âme. Il y a quelque chose qui crie dans ce dessin, quelque chose qui hurle et qui vous étreint violemment. Quelque chose qui vous secoue aussi.

    a AL 6.jpg    a AL 7.jpg    a AL 8.jpg

    Il y a un immense fond de désespérance dans cette œuvre fascinante, une sorte de chorégraphie du désespoir. La nudité semble aller de pair avec un dépouillement extrême, un déchaussement de la chair. Les visages, lorsqu’ils sont visibles, disent la désolation, la détresse. Il y a peut-être aussi, comme un constat sur l’espèce, une sorte de morbidité ou de proximité de la mort que souligne le gris bleuté des corps parfois orné de soulignements rouges qui font penser au sang et à la plaie.

    a AL 13.jpg    a AL 14.jpg    a AL 15.jpg

    Il y a, dans la peinture de Lephilipponnat, des éléments qui paraissent moins agités, plus apaisés et plus composés. Mais il y a surtout dans l’œuvre une formidable alliance entre le nerf et la réflexion, entre le tempérament et la composition, entre la vitalité et la technique. Mais ici, où que je porte les yeux, vers l’un ou l’autre des aspects qui composent cette oeuvre abondante en cours de construction, je suis conquis par l’adresse, par le tonus, par l’extraordinaire expressivité, par la violence du propos. Il y a ici une rencontre en altitude, très haut, une rencontre passionnelle entre le sauvage et l’art.

    a AL 10.jpg    a AL 11.jpg    a AL 12.jpg

     Aurore Lephilipponnat, - je parie là-dessus-, est une artiste qui a une place dans l'avenir.

    a au 1.jpg

    a au 2.jpg

    a au 3.jpg

    a au 6.jpg

    a au 4.jpg

  • Stéphanie CHARDON, artiste peintre

    S t é p h a n i e   C H A R D O N

    une  magnifique  perle  baroque

    a char a.jpgComment, à la suite de quelle effarante méprise peut-on s'appeler Chardon quand on a la grâce, le port altier, le parfum offensif et vénéneux, l'orgueil majestueux d'une fleur baudelairienne ? Mystère ! Découverte époustouflante de Stéphanie Chardon. Quelle merveilleuse, quelle exquise surprise, quel bel et délicieux instant, quelle agréable secousse ! Stéphanie Chardon est une artiste-peintre et sculptrice française qui vit en Bourgogne. Ses sculptures sont ravissantes et ses travaux sous globe une trouvaille exaltante. Je sais peu de choses d'elle, je n'ai d'ailleurs pas trop cherché à en savoir beaucoup, mais je me suis senti traversé par le merveilleux rayonnement de son oeuvre. Cette artiste éclectique est follement originale. Son oeuvre exhale un parfum de fraîcheur savamment soufrée. C'est une artiste au sens plein du terme : libre d'esprit, voguant sans autres lois que celles du talent et de son bon vouloir, ingénieuse, inventive, virtuose, un peu rock'n roll,  sans doute exquisément dingue, pleine de ressort et de joie communicative et de gravité. C'est une grande décadente (dans l'acception artistique du terme), une décadente pleine de santé, d'audace et de vigueur, c'est une charmeuse, une sorcière, une sourcière, une piratesse, une envoûteuse, c'est une grande élégante, une tragédienne qui rit, une comédienne inquiète. Son art déborde de ressources, de vitalité et de créativité. Elle réussit la rencontre heureuse de l'humour et de la poésie. Elle est raffinée et bohème, c'est une créature classieuse aux yeux sublimes. C'est un oiseau singulier qui peut, avec  une grâce égale, cingler à la surface des eaux et des pâquerettes ou battre des records du monde d'altitude. On est heureux de savoir qu'elle existe. Une espèce d'insolence qui appartient aux regards, aux attitudes de ses personnages, à un certain mépris des convenances et des codes achève de griffer son oeuvre. Dès que le visiteur aura pris le temps de regarder la galerie que je lui propose, il se rendra aux adresses que je mets ici à sa disposition pour découvrir plus avant l'oeuvre de Stéphanie Chardon : 

    http://cargocollective.com/stephaniechardon/Stephanie-Chardon-portraits-en-pied
    https://www.facebook.com/stephanie.chardon.3?fref=ts
    http://lesamazones.fr/expo-virtuelle/stephanie-chardon/

    a char 28.jpgIl faut que je revienne un instant sur cette artiste qui m'épate. Qui m'épate parce que, de façon unique, je crois, elle saisit, elle capture, comprend et rend avec une cinglante virtuosité dans sa peinture et dans ses portraits quelque chose de notre époque : ce mélange étrange, hétéroclite, délétère de sensibilité et d'ironie, d'indécence et de charme, de sérieux et d'absurde, de sincérité et de jeu, cette humanité en jeu, en représentation et sincère, unique et insignifiante, cette curieuse balance entre l'affirmation de soi et la saillie du doute existentiel, du chancre existentiel. Ici, on voit ensemble la pose et le désarroi, l'autosatisfaction et la recherche de l'autre, la romance toute proche de la satire, le carnavalesque violent de la beauté à proximité des chiottes. Cette impressionnante oeuvre spéculaire, et jusqu'en ses autoportraits, offre un faramineux et troublant portrait de notre société et de notre époque.

    NB La galerie que je propose contient un certain nombre de détails, publication que je justifie par la beauté du trait, le travail pictural méticuleux et le formidable sens des contrastes.

    a char 2.jpg   a char 3.jpg

    a char 4.jpg     a char 1.jpg

    a char 5.jpg   a char 6.jpg

    a char 7.jpg   a char 9.jpg

    a char 8.jpg   a char 14.jpg   a char 15.jpg

    a char 13.jpg   a char 16.jpg

    a char 10.jpg   a char 11.jpg   a char 12.jpg

    a char 22.jpg   a char 17.jpg

    a char 18.jpg   a char 19.jpg

    a char 20.jpg   

    a char 23.jpg   a char 24.jpga char 25.jpg  a char 26.jpg  a char 27.jpg  a char 32.jpg

    a char 29.jpg   a char 31.jpg

    a char 30.jpg

  • Sophie HERNIOU - Trésors découverts (5)

     S o p h i e    H E R N I O U

    Les inquiétants bonheurs de Sophie-la-sage et Sophie-la-folle

    Née en 1971, Sophie Herniou est une artiste peintre et sculptrice issue de l'école des Beaux-Arts de Nantes. Je sais presque tout d'elle, et par exemple je puis affirmer qu'elle porte des lunettes et qu'elle a au moins un oeil bleu, l'autre aussi vraisemblablement. Elle a édifié (par la sculpture, le bas-relief, la couture, la peinture, le modelage peint) un univers singulier et farfelu qui appartient tout à la fois au cartoon, à l'art revisité du totem, à la caricature, à la poésie, au conte et à la philosophie (avec et sans entonnoir). Dans son monde de gloutons invétérés, l'arroseur est arrosé et le prédateur est aussi la proie. Il y a de la fabuliste en elle, une grande hérétique aussi qui rejoue les scénarios selon ses humeurs et qui place par exemple le chaperon rouge sur le dos du loup, comme une rouge amazone en herbe. Il y a une certaine veine surréaliste en elle, et, par instants, du Kafka. Oui, car ce qu'elle donne à voir est plus complexe, plus ambigu (pas d'art sans ambiguité), plus déconcertant qu'on le pense au premier abord. Et son art de la dérision est à la fois drôle et inquiétant (car il y a des gens qui hurlent, là-dedans, des êtres coincés, pris dans un engrenage terrible), son art clownesque flirte parfois avec le tragique, ses personnages difformes touchent quelquefois à une grâce poétique, son petit manège enchanté tourne parfois au désenchantement, le risible et le terrible sont parfois à peine séparés d'un ourlet, le rêve et le cauchemar se donnent la main. C'est ludique et dérangeant tout à la fois. La présumée candeur distribue quelques jolies et salutaires gifles. Ne fait-on que rire au spectacle de l'homme qui frit dans la poële ? Est-ce que l'image n'engendre pas une sorte de vertige de l'esprit (et du corps) ? Les humains ont ici davantage des ailes de mouche que des ailes d'ange. A l'arrière des bouches où ils engouffrent voracement les victuailles, c'est le vide, le trou béant. Perrault et Marco Ferreri ! Nous fait-il seulement rire celui qui, grésillant dans la lèche-frite, semble retrousser sa peau pour voir ce qui se passe au-dedans de lui ? Et ce blasphématoire et désopilant Sébastien martyr piqueté d'amuse-gueule, seulement farce ? Oui, on rit avec Sophie, oui, on grince des dents avec elle et on se dit que c'est à un drôle de carnaval qu'elle nous convie. Moi, c'est un clown que je respecte parce que je lui trouve de grandes dents. Quelque chose est peut-être embusqué sous la bonhomie ! Et je me dis que le jour où j'ai découvert cette oeuvre, je n'ai réellement pas perdu mon temps.        

    https://www.facebook.com/sophie.herniou/media_set?set=a.197745103702979.62834.100004024737057&type=3

    Le visiteur est à présent invité à poursuivre la découverte de l'oeuvre aux adresses suivantes :

    http://www.art-insolite.com/pageinsolites/insoherniou.htm

    https://www.facebook.com/sophie.herniou/photos_albums

    a her a.jpg

    a her 1.jpg          a her 2.jpg

    a her 3.jpg

    a her 4.jpg          a her 5.jpg

    a her b.jpg

    a her 6.jpg

    a her 7.jpg

    a her 8.jpg

    a her c.jpg

    a her d.jpg

    a her e.jpg

  • Suzan SCHUTTELAAR - Trésors découverts (12)

    SUZAN SCHUTTELAAR

    Superbe frisson d’humanité

    https://www.facebook.com/suzan.schuttelaar/photos_albums

    Suzan Schuttelaar est une artiste hollandaise née à Gouda où elle vit aujourd’hui. Elle est diplômée de l’Académie Royale des Beaux-Arts de La Haye, section dessin & peinture. J’ai découvert son œuvre récemment.

    « Dans chaque toile, explique l’artiste, je tente de raconter une histoire. Souvent, une histoire avec un petit fond autobiographique. Je cherche à rendre, à traduire en langage pictural  un moment émotionnel de pensée. Telle est ma démarche. Je pense aussi qu’il est important que le regardeur puisse fonder sa propre histoire dans ce que j’ai peint. Je suis favorable à la multiplicité des interprétations. Il n’est pas utile que l’interprétation du regardeur coïncide avec la mienne. »

    Suzan Schuttelaar possède son propre site (bilingue : néerlandais, anglais) : http://www.schuttelaar-portret.nl/ 

    Un grand frisson d’humanité semble traverser l’œuvre de Schuttelaar de part en part. Une exaltante et délicate vibration poétique l’anime. Elle capte avec une sensibilité communicative dans chacun des visages qu’elle peint un éclair d’humanité, une parcelle existentielle, un perceptible mouvement de la vie intérieure. Cette peinture monumentale vit et rayonne de délicates et subtiles émanations. J’aime la beauté de ses regards liquides, son art de distribuer la lumière, sa formidable aptitude à centrer son essentiel sur l’éclosion d’une émotion. Elle sait aussi, - avec une grande maîtrise, un coup de pinceau ferme et alerte, une utilisation vigoureuse de la couleur et de la lumière - rendre l’architecture d’un corps.   

    Expositions:

               1999         Eindexamen expositie KABK
               1999         Groepstentoonstelling Pulc
    hri Studio te Den Haag
               2000         Openings expositie BaZtille Atelier Complex Zoetermeer
               2001         Open Atelier dagen Zoetermeer
               2006         Openingsexpositie galerie HK Deventer
               2008         Expositie Walls gallerie Amsterdam
               2009         Groeps expo De Parel Fijnaart
               2009         Groeps expo Het Kunstbedrijf Heemstede
               2009         Expositie Walls gallerie Amsterdam
               2009         Kunstmarkt Tuindorp Hengelo
               2009         Kunsrmarkt Ootmarsum
               2010         Groeps expo Das Altstadthaus Bad Bentheim
               2010         Solo expo Zorgcentrum de Vijverhof in Bodegraven
               2010         Groeps expo Souvenirs, Roodbol Gouda
               2010         Solo expo,Stichting Firma Van Drie pand Roodbol
               2010         Solo expo Zorgcentrum Bloemendaal,Gouda
               2012         Groeps expo Museum Gouda (winnaar publieksprijs)
               2012         Solo expo Museum Gouda
               2012         Groeps expo Kunstschouw

     

    a schut 1.jpg

    a schut 2.jpg

    a schut 3.jpg

    a schut 4.jpg

    a schut 6.jpg

    a schut 7.jpg