Denys-Louis Colaux - Page 6

  • Contrebrassens et Pauline Dupuy interprètent Brassens

    PAULINE DUPUY

    C o n t r e b r a s s e n s

    a contre 1.jpg

    C'est inattendu, c'est surprenant, c'est gracieux, c'est touchant

    Contrebrassens, essentiellement, c'est la belle Pauline Dupy à la contrebasse et au chant, elle reprend tout en tact l'oeuvre du Sétois avec une grâce, une originalité et une finesse inédites. Le charme opère. Cette façon inattendue d'assurer la posthumité de Brassens est formidablement convaincante. Il y a ici une manière, une audace, une sensibilité, une présence, une voix, une musicienne. Dans le domaine de la chanson française, c'est un événement musical réel.

    Un Brassens frais, inattendu et surtout féminin : une femme, une contrebasse.
    Un ménage à deux qui révèle toute la saveur musicale des mélodies, la finesse des textes et nous fait redécouvrir Brassens.
    Promenade dans des histoires choisies autour de la femme. 

    https://www.facebook.com/Contrebrassens/

    http://www.contrebrassens.com/

    Quelques titres :

    https://www.youtube.com/watch?v=caAGVn_x-p4

    https://www.youtube.com/watch?v=49jHITPFbso

    https://www.youtube.com/watch?v=aBV1N9T5n_0

    https://www.youtube.com/watch?v=s0gvW99aHgA

    https://www.youtube.com/watch?v=xEN973TUjNQ

    https://www.youtube.com/watch?v=Lb54Jldfi0U

    L'album :

    a contre 2.jpg

  • Maria Guilbert

    MARIA GUILBERT

    a gui.jpgSomptueux carnaval d'art où tout a pour graal la beauté et la distinction

    Maria Guilbert est née le 11 juin 1973 à Gdansk en Pologne. Diplômée de l'Université des Arts Plastiques de Strasbourg, elle expose régulièrement en France et à l'étranger. Elle a reçu plusieurs prix. Elle vit et travaille en Provence. Elle expose fréquemment depuis 2007. Je vous recommande la consultation de son site et des liens sélectionnés:

    http://mariaguilbert.wix.com/mariaguilbert

    http://artshebdomedias.com/article/270309-maria-guilbert-au-pays-des-dames-du-temps-jadis/

    http://www.lesoleilsurlaplace.com/artistes/maria_guilbert-89.php


    Ma technique m’a été inspirée par la gravure. Je travaille par transfert, un peu à la manière du monotype. Cependant, pour permettre le transfert sur une toile tendue, j’ai du trouver une technique très personnelle que j’ai élaborée au fil des années.
    Je peins au préalable sur un support plastique souple, que je vais ensuite appliquer sur ma toile puis retirer, ce qui va créer une sorte d’impression en négatif. Je vais faire ainsi plusieurs passages consécutifs en superposition. Ce chevauchement me permet de créer une trame vibrante de touches et de couleurs. La peinture acquiert ainsi une vie propre. Le passage d’un support à l’autre accentue la trace de l’outil et crée ses propres présences et absences .
    Au-delà de la richesse plastique, j’aime la part accidentelle qu’offre une telle technique, mais aussi la distanciation qu’amène le renversement de l’image. Chaque transfert fait apparaître ma vision première d’une manière décalée. Le passage crée un écart entre la toile et mon regard et me permet de considérer l’image d’une façon nouvelle.
    Le miroir, dont je me sers régulièrement, m’aide à poursuivre ce jeu de renversements permanents.
    Les contes et les mythes m’inspirent beaucoup. Ils véhiculent des images à la fois riches de sens et mystérieuses. L’association entre l’homme et l’animal notamment et plus largement la nature, m’a toujours passionnée. Mais le conte et le mythe m’intéressent aussi pour le pouvoir inépuisable de suggestion qui leur est propre. Par essence ils se dérobent à la représentation, ils activent l’imaginaire de toile en toile. Ils sont liés à l’expérience de la peinture qui est en perpétuelle mutation. (Source : http://www.galeriesophielemee.com/maria-guilbert/)

    Voilà, par les moyens techniques et par leur rendu mystérieux et fascinant, une oeuvre picturale passionnante. Un mélange de rigueur technique et d'aléatoire lié aux principes du transfert contribue encore à exhausser le magnétisme envoûtant de l'oeuvre. Onirique, mythologique, fabuleux, imaginaire,légendaire, sacré, - avec un ancrage étonnant dans l'histoire de la peinture (de la Renaissance à nos jours), l'oeuvre possède des pouvoirs magiques et une puissance de captation et d'hypnose étrange. L'irrégularité dynamique des couches de couleur crée un dynamisme et une impression d'irradiation, de propagation lumineuse, des effets de vacillements de cierges. Ces beaux visages astraux diffusent une poésie à la fois paisible et vive comme une eau ruisselante, une lenteur intense. On devine parfois dans le travail le geste inspiré de l'enlumineur. Une élégance un peu hiératique, une gravité gracieuse ennoblissent le travail. Des variétés de rouge, associées à des bleus, des noirs tranchants, intensifient la qualité d'envoûtement des œuvres. Une distinction féminine règne sur l'ensemble et en affirme la majesté. Une faune précieuse vit parmi et avec ces femmes, en bonne entente, en parfaite entente. Prodigieuse et touchante utopie d'un règne partagé entre toutes les espèces vivantes dont tous les joyaux contribueraient à faire oeuvre et art ensemble. L'univers de l'artiste baigne dans une atmosphère teintée de fantastique et de merveilleux en quoi des indices d'art sacré sont sertis avec une étrange maîtrise. Le travail possède une dimension symboliste. Somptueux carnaval d'art où tout a pour graal la beauté et la distinction. Ici, on se déguise de beau, de gracieux, de précieux, on cherche monts et merveilles, on trouve. Graveuse, peintre, dentellière, fée, alchimiste, Maria Guilbert invente un art rare, un ensorcellement. J'exulte. J'ai trouvé, c'est très subjectif, j'en conviens, que le travail de Guilbert entre en belle résonance avec la musique de Jean-Philippe Rameau.

    https://www.youtube.com/watch?v=M4hf9ak9HnU

    a gui 1.jpg

    a gui 2.jpg

    a gui 3.jpg

    a gui 4.jpg

    a gui 5.jpg

    a gui 6.jpg

    a gui 8.jpg

    a gui 10.jpg

    a gui 12.jpg

    a gui 13.jpg

    a gui 14.jpg

    a gui 15.jpg

    a gui 16.jpg

    a gui 17.jpg

    a gui 18.jpg

    a gui 19.jpg

    a gui 20.jpg

    a gui 21.jpg

    a gui 22.jpg

  • Pour l'envol migratoire de Pernelle

    Pour l'envol migratoire de Pernelle

    Hélène, toute la matinée durant, je navigue parmi vos prédilections musicales, je pose mon esprit parmi vos lieux. et vos imagiers. Je transcris à votre intention quelques poèmes. Je reproduis quelques œuvres qui, selon moi, entrent en correspondance avec vous. Je conçois le temps d'un recueillement.

    a helbé 3.jpg

    Photographie Hélène Bénardeau

    Annie

    Sur la côte du Texas
    Entre Mobile et Galveston il y a
    Un grand jardin tout plein de roses
    Il contient aussi une villa
    Qui est une grande rose
     
    Une femme se promène souvent
    Dans le jardin toute seule
    Et quand je passe sur la route bordée de tilleuls
    Nous nous regardons
     
    Comme cette femme est mennonite
    Ses rosiers et ses vêtements n'ont pas de boutons
    Il en manque deux à mon veston
    La dame et moi suivons presque le même rite

    (Guillaume Apollinaire)

    a fhélgé rida kahlo.jpg

    Frida Kahlo

    Neil Young - Harvest - https://www.youtube.com/watch?v=nXStKdubasA

    a helbé neil.jpg

    Diana Krall - Cry me a river - https://www.youtube.com/watch?v=rm4E6lzsTfo

    a helgé krall.jpg

    a helbé 4.jpg

    Photographie Hélène Bénardeau

    Je chante ce soir non ce que nous devons combattre

    Mais ce que nous devons défendre.

    Les plaisirs de la vie.

    Le vin qu'on boit avec les camarades.

    L'amour.

    Le feu en hiver

    La rivière fraîche en été.

    La viande et le pain de chaque repas.

    Le refrain que l'on chante en marchant sur la route.

    Le lit où l'on dort.

    Le sommeil, sans réveils en sursaut, sans angoisse du lendemain.

    Le loisir

    La liberté de changer de ciel.

    Le sentiment de la dignité et beaucoup d'autres choses

    Dont on refuse la possession aux hommes.

    (Robert Desnos)

    a helbé odilon redon.jpg

    Odilon Redon

    Certaines tombes ne jaunissent pas
    Certaines fins multiplient le vertige
    Certains départs s'adossent à la fraîche souffrance
    Certains corps brûlent à tous les âges du nôtre

    Certaines paroles bouleversent
    Tout le silence à vivre.

    (Andrée Chedid)

    Paul Simon - René and Georgette Magritte with their dog after the war - https://www.youtube.com/watch?v=BfBDDbE7lcQ

    a hélgé d.jpg

    Sade - By your side - https://www.youtube.com/watch?v=C8QJmI_V3j4

    a helbe g.jpg

    Hélène Grimaud - Sonate au clair de lune - Beethoven - https://www.youtube.com/watch?v=buVzKH7T5CU

    a helge h.jpg

    a helbé moise kisling, femme au châle polonais.jpg

    Moise Kisling

    a helbé William Turner.jpg

    William Turner

    Stan Getz - Autumn leaves - https://www.youtube.com/watch?v=pnxeKl-Kbqw

    a helbé i.jpg

    Chet Baker - Charlie Haden - Silence - https://www.youtube.com/watch?v=ewvoGAWch_g

    a helbe j.jpeg

    Si l'air

    ne

    devenait papillon

    comment

    le papillon

    pourrait-il

    voler

    dans

    l'air

    (Malcolm de Chazal)

    a hélbé 1.jpg

    Photographie Hélène Bénardeau

    Jean Ferrat - J'arrive où je suis étranger - https://www.youtube.com/watch?v=bVPWI4hme_Y

    a helbé k.jpg

    a hélbé 2.jpg

    Photographie Hélène Bénardeau

    Imany - Slow Down - https://www.youtube.com/watch?v=ahHGBa-lJp0

    a helbé m.jpg

    a hélbé anna boch.jpeg

    Anna Boch

    Barbara - Pierre - https://www.youtube.com/watch?v=0mE3Khf18W8

    a helbén.jpg

    a hélbé.jpg

    Photographie Hélène Bénardeau

  • Stellogramme (pour Hélène)

    S T E L L O G R A M M E

    a ajout.jpg

    pour Hélène

    En raison d'une vie

    peu à peu suspendue

    et lentement ténue

    soudain pour nous le chemin parcouru

    et repliés dans sa valise

    le sage l'appris et le très longtemps rêvé

    ne savent plus ce qui est eau

    n'ont plus idée

    de ce qui appartient au ciel

    et

    déposent un instant

    plumes palmes et bras

    pendant qu'à nos paupières

    malgré le poids

    la soif

    le triste

    l'écoulé hors de nous

     parce que passe un souffle d'âme

    volette un doux poudrin d'étoiles

  • Hélène Bénardeau

    H é l è n e    B é n a r d e a u 

    Aujourd'hui, Hélène est là

    a hel bé 4.jpg a hel bé 3.jpg a hel bé 5.jpg

    Si tu es redevable d'un frisson, d'un remuement, d'un pétale de tendresse, d'une brassée de lumière, d'un éclat de rire, d'une émotion puissante et merveilleuse à quelqu'un qu'un danger imminent menace, ne te pose pas mille questions, chante, prie, rends justice, célèbre, remercie. Offre des mots de gratitude. Lance des fleurs. C'est important. Reconnais celle qui passe, adresse-lui un signe, à elle, à tous ceux qui l'apprécient, qui l'aiment. A ta minuscule échelle, célèbre, chante, salue, porte témoignage. Promène toi dans les allées qu'elle a ouvertes et plantées. Rends grâce. Respire, déguste. Savoure.

    Née le 12 mars 1970, française, enseignante, Hélène Bénardeau a transmué la terrible épreuve de son cancer en un site magnifique. Cette alchimie superbe est le fruit d'une belle âme, d'un être qui dépasse l'épreuve de son destin pour demeurer en relation avec le monde et pour lui offrir une aide, de la complicité, de la compassion, des coups de pied au cul, de la clarté, du tonus. Utile, irrésistiblement drôle, offensif, fraternel, sororal, généreux, savant et délibérément amateur, instructif, littéraire, ce blog (http://lacrabahuteuse.fr/) est devenu un livre indispensable. 

    a bénar 1.jpg

    Comme nous avons un éditeur en commun, j'ai pris contact avec elle. Nous n'avons guère eu le temps d'échanger, Hélène était épuisée. Mais un lien s'est créé. Hélène est une sorte de miracle féminin. Belle (sa beauté ne s'est jamais rendue), intelligente, forte, terriblement attachante, volontiers taquine, elle ne se départ jamais d'un humour faramineux et conquérant. La rencontre est furtive mais c'est celle d'une passante considérable. Tellement que je me sens du nombre de ceux qui tremblent aujourd'hui. Elle n'aime pas le pathos, elle n'aime pas qu'on verse des larmes, elle n'a pas l'usage des apitoiements. Très bien. Je salue aujourd'hui, maintenant, un talent étonnant, une force inflexible, une maternité pleine de fierté, un caractère, une tournure d'esprit et une impressionnante beauté. Et, partageant un grand nombre de ses goûts, j'écoute un peu de musique avec elle :

    https://www.youtube.com/watch?v=4hTpR-TYTZ0

    https://www.youtube.com/watch?v=H6mfWun73vI

    https://www.youtube.com/watch?v=uGbSYohHcio

    https://www.youtube.com/watch?v=irzbYAW1ICQ

    https://www.youtube.com/watch?v=CSRQBB7FPzk

    https://www.youtube.com/watch?v=SKr57h39LOs

    https://www.youtube.com/watch?v=dtLHiou7anE

    Ce 01/02/2017

    https://www.youtube.com/watch?v=0kYc55bXJFI

    https://www.youtube.com/watch?v=HxVDHk-qJtg

    J'ai tout écouté. Je vais aller marcher, à présent. Merci personnel pour la force et la grâce, ensemble. C'est prodigieux, Hélène. Et tellement précieux. 

    Et à présent, à partir de ce 5 février 2017, hélas, il va falloir, à force de volonté, de désir, par les seuls pouvoirs du coeur et de la fidélité, maintenir Hélène parmi nous.

    http://denyslouiscolaux2.skynetblogs.be/archive/2017/02/06/les-chroniques-du-poisson-pilote-n-31-8697823.html