Dy Lay invite sa souris chez les Black Venus : un ravissement

LADY LADY LADY LAY EN SON MERVEILLEUX ROYAUME

J'ai dit déjà dix, vingt, cent fois l'enthousiasme qu'éveille en moi à grands coups de buccins, de trompes et d'olifants la divine souris, la trouvaille picturale de Dy Lay. J'ai dit le bonheur que m'inspire ce projet ludique, pictural et pédagogique. Et là, après avoir promené son délicieux rongeur chez les maîtres de la peinture, toujours avec une égale maîtrise, avec une exigence inflexible, avec une affolante fraîcheur et une inventivité délicieuse, voici qu'elle l'invite chez les divas noires où elle accomplit des prodiges. La petite souris se fait suite de souris divines. C'est beau comme tout, c'est chou, c'est léger, c'est grisant, c'est exaltant, c'est raffiné, élégant, suavement afrodisiaque, c'est farce et poignant en même temps, c'est d'un charme irrésistible. Et cela constitue une somptueuse galerie de joyaux noirs, de charbons ardents et somptueux, de beautés et de talents faramineux. Moi, dans de telles conditions, je biche grave, j'exulte, je ris d'allégresse, j'applaudis à tout renverser. Et j'introduis illico une demande pour la canonisation de la jolie et douée DY. Sainte Dy, brillez pour nous. Merci, ma chère, pour ces fleurs fastueuses.

a dy 1.jpg          a dy 2.jpg

a dy 3.jpg          a dy 4.jpg

a dy 5.jpg          a dy 6.jpg

a dy 7.jpg          a dy 8.jpg

a dy 9.jpg          a dy 10.jpg

a dy 11.jpg          a dy 12.jpg

Les commentaires sont fermés.