Récital "A mains nues" à l'atelier du Vent d'Est à Dinant

DSCF6568.JPG

DSCF6578.JPGMYRIAM, VINCENT, DENYS-LOUIS : UN TRIO À MAINS NUES

Ce samedi 12 décembre, à 20.00, à l'atelier du Vent d'Est de Dinant, Vincent Rouard (composition, piano, chant) et Myriam Debry (chant) ont donné, devant une salle comble et audiblement enthousiaste, un récital consacré à l'album A mains nues sorti en 2012 (composition, piano, chant : Vincent Rouard  - poèmes : Denys-Louis Colaux). Au cours de la soirée, le pianiste a rendu un chaleureux hommage à l'artiste peintre Laurence Burvenich qui avait conçu le livret de l'album et dont les superbes paysages ornent les cimaises de l'Atelier. Le récital a définitivement prouvé que l'apport de Myriam est décisif et qu'il permet à Vincent de devenir pleinement chanteur.

DSCF6591.JPG

MAGNIFIQUE PRESTATION DE MYRIAM

DSCF6548.JPG   DSCF6559.JPG   DSCF6560.JPG   DSCF6566.JPG

DSCF6584.JPGElle, Myriam Debry, c’est notre voix essentielle. Notre diva. Longtemps, dans le passé, elle hésite entre le piano, la guitare, pratique l’un et l’autre, choisit enfin pour son essor les cordes vocales. Vocation d’oiseau. Découverte de sa parenté avec les plumes et le cristal, les vents harmonieux. Cette voix magnifique est l’heureux fruit d’une décennie de chant classique, d'ensemble vocal, de chorale.  Cette voix altière, sensible et poignante récompense des années d’obstination, de travail, des années et des  années de perfectionnement en chant et en art lyrique au Conservatoire de Ciney. Cette voix ornée d’une médaille d’or en chant à l’Académie de musique de Lierre, c’est celle, flexible et noble, expressive et intense de Myriam. C’est la première tierce de notre échelle diatonique, notre oiselle haut perchée. Je tiens d’eux que les mots des poèmes aiment à être chantés par elle. Depuis avril 2015, elle répète assidûment les chants qui composent l’album A Mains Nues. Ce soir, sa contribution a enchanté le récital. Myriam est décidément notre oiseau-lyre. Sa voix profonde, alerte, souple et très expressive, son vibrato désarmant, chaleureux, ce captivant mélange de force et de cristal ont bouleversé l’audience.  Myriam rend les chansons poignantes, les charge d’une intensité troublante. Myriam a une présence, un magnétisme, une féminité distinguée, c’est une interprète élégante et raffinée. Le duo qu’elle a formé avec Vincent a superbement opéré. Ce soir, Myriam a pris possession de la scène de l’Atelier, elle a fait voir son formidable tempérament d’interprète, sa grâce parfois un peu malicieuse, son charme désarmant, son art de conter, sa présence séduisante et chaleureuse.

DSCF6566.JPG   DSCF6572.JPG   DSCF6572.JPG   DSCF6574.JPG

DSCF6577.JPG

DSCF6592.JPG

DSCF6593.JPG

DSCF6554.JPG

VINCENT ENTRE EN CHANSON

DSCF6558.JPG

Lui, Vincent Rouard, c’est la colonne vertébrale du trio, le compositeur, le musicien et l’interprète.  Lui, personne n’y était parvenu, Denys-Louis, le troisième larron, l’a fait chanter. Vincent compte à son palmarès quelques très beaux albums déjà (Obsession Airs, 2007 – Itinérances, 2009 – A Mains Nues, 2011 – Sur Lesse, 2012 – Strada, 2014) fondés sur des collaborations musicales prestigieuses avec des artistes comme Didier Laloy, Vincent Noiret, Karim Baggili, Kathy Adam, Pascal Chardonne ou Philippe Laloy. C’est sur cet album A Mains Nues de 2011 qu’il revient avec Myriam Debry. Argument décisif, irréfutable. A l’âge de six ans, Vincent fait son entrée à l’Académie de musique de Dinant pour y suivre une formation en piano, orgue et harmonie écrite. Sorti de l’Académie, il poursuit ses études musicales au Conservatoire de Liège, en solfège, piano, histoire de la musique et harmonie écrite. Dans l’évolution de son initiation, il s’ouvre à toutes les musiques, sans aucune exclusive. Sa sensibilité franchit les cloisonnements : il aime la musique classique (Bach, Beethoven, Schubert, Debussy, Faure, Grieg, Rachmaninov), la chanson française (Fugain, Brassens, Ferrat, Piaf, Aufray, Souchon, Polnareff, Berger..), la musique traditionnelle et la composition. On connaissait , on aimait les immenses qualités de composition de Vincent. Ce soir, soutenu par Myriam, il est littéralement entré en chanson. Entre deux trouvailles scéniques, des commentaires inattendus et drôles, Vincent – jusqu’ici pianiste et compositeur – est réellement devenu un chanteur en public. Très à l’aise, inspiré, souverain au clavier où il soigne quelques délicieuses envolées, où il soulève et emporte littéralement les voix, il  livre une surprenante  et belle prestation vocale. Le mariage des voix du pianiste et de la diva amplifie les chansons, leur donne une densité, une couleur et une aura nouvelles. Et ce magnifique événement aura des suites car le pianiste a annoncé son intention de graver un version d'A mains nues à deux voix, avec la talentueuse Myriam.  

DSCF6570.JPG

DSCF6587.JPG

DSCF6591.JPG

DSCF6601.JPG 

Les commentaires sont fermés.