Avec Elisabeth Gore (3/4)

Peintures : Elisabeth Gore - Poèmes : Denys-Louis Colaux

LES SECRETS DE LA LITOTE

3/4

a go 7.jpg

Nos vies sont traversées
divisées d'eau
de sang
tranchées
au fil ténu de l'impossible
 
De fins ourlets de jour
insistent dans la nuit
et la frontière se délaie
très au-delà de son symbole
 
Dans la vie telle
que je l'éprouve
rien ne consent
à n'être que visible
à n'être que précis
 
Et j'aimerais
que mon destin
comme les pas d'un fou
mené par le goût de danser
n'eût pas de sens

a go 8.jpg

 Elisabeth
en rêvant avec vos tableaux
je songe que
j'ai atteint l'âge
de cinquante-cinq ans
et je souhaite désormais
devenir un fossile
d'oubli
l'eau plutôt que le parapluie
un épi de blé périssable
tremblé au vent
avec son songe de farine
et de pain blanc
perdu
 
Elisabeth
en parlant avec vos tableaux
je me vois devant l'étang de ma vie
que signent
des fleurs d'or et de miel
des larmes de rouille
le clair fantôme d'une barque
un naufrage de poche
l'écho d'un ahan de rameur
et des frissons sur l'eau gémie
presque apaisée
alors je songe
à cet insecte que je suis
vrai gravier de montagne
pur copeau dans la canopée
petite lettre
debout
au pied de la bibliothèque
 
Elisabeth
en faisant silence avec vos tableaux
j'erre un instant
présent et déchiré
entre fœtus scaphandrier
naufragé sur son nénuphar
entre cerceau
bulle de la légende
long clou acéré du réel
Et dans le nid du poème j'installe
le vol de l’œuf
menacé par
les stalagmites amoureux
 
Elisabeth
je me tiens au hublot
par quoi vos tableaux m'apparaissent
comme des terres
défrichées par
l'appétit d'exister

a go 9.jpg

Les commentaires sont fermés.