Sur des œuvres d'Elisabeth Gore

Peintures : Elisabeth Gore - Poèmes : Denys-Louis Colaux

LES SECRETS DE LA LITOTE

 1/4 

a go1.jpg

Penché sur la vie sans miroir
la vie dispensée de miroir
assis dans le simple désir
d'approcher le goût fermé du mystère
je pressens d'un œil presque clos
d'un œil sensible à l'encens chaud de l'âme
ocre l'écorce soluble du temps
liquide l'huile effleurée d'un passage
du bleu descendu par le chas du sable
et pour vêtir l'instant
en guise de présence
ce signe que je prends
pour le rêve hanté d'une trace 

a go 2.jpg

Plus tard  très au large du temps
les oiseaux laissent
une aile minérale
un soupçon de parole
et le poinçon précis d'un saut
 
Plus tard
 à la paroi fantôme du vaisseau
les forçats de la vie
les passants bleus
les clairs hippocampes de la débâcle
et les gens un instant heureux
abandonnent gravés
transmis
les nuages emplis
de leurs intempéries secrètes
 
Et par un long fil d'équilibre
ce phylactère
vient s'amarrer
au papier où j'écris

a go 3.jpg

J'ai quelquefois rêvé
d'être un chasseur d'indices
un ramasseur de friselis
un passant enivré devant
la rumeur fraîche des lilas
 
Est-ce la nuit ?
non un trait de fusain 
 
Est-ce l'espace ?
non une ligne qui sinue
 
Est-ce du sang ?
non c'est la fresque fugitive
que font aux murs les fastes effacés
et les frissons qui leur survivent
 
Je suis très souvent parvenu
sur un destin conçu à mon échelle
à n'agripper
que l'ourlet du poème
à ne saisir
qu'une pincée des choses 

Les commentaires sont fermés.