Avec Alain Adam

J A M B A G E S   D U    R E G A R D

DANS L'OEIL DU GÉOMAÎTRE

Liminaire

A Geneviève, Hellen et Viih 

Mon vieil Alain, quand on aime, on ne compte pas, on ne mesure pas, on ne tarit pas de chants. Le temps ne fait pas entrave, il n'oppose rien d'infranchissable. Le chagrin persiste, quand on aime, il tient tête à tout, à la ruine, il est d'une émail qu'on ne raye pas. Quand on aime, on sent le profond de l'abîme. Quand on aime, les offenses ont le poids des gazouillis à la fenêtre. Les soutiens ont des parfums de forêt céleste. Quand on aime, on suit et on précède. Quand on aime un vieux peintre, un fameux et lourd talent, quand on aime un vieux barbu mort ainsi, en dépit des sentiments du monde entier et des miens, on fait de la musique sous son balcon, sous le château de son absence, on compose à son chevalet, dans les couloirs de sa galerie. On n'en finit pas. Me revoici avec toi, vieux frangin, dans le projet, soutenu par d'autres, de l'extension de ton oeuvre.

Une nouvelle voile vient de prendre place dans la mâture du voilier d'Alain :

 http://www.leboudoirdubassin.fr/alain-adam-peintre/

a adam 1.jpg

Souvent je pense que
tombé à bas de ton fauteuil
au fond de ton salon
dans tes voilures de fumée
tu es entré dans la mer
tu es entré dans ta vocation tardive d'hippocampe
 de cheval d'eau se délayant
dans le galop de ses éclaboussures 
tu es entré
comme la lune en alchimie
dans l'huile vivante
du golfe de tes œuvres

a adam 2.jpg

Je dis
marin de l’abstrait
vieille figure de l'enfance
tout récent passé
mât pinceau de lent jazz
Je dis
buveur de bleu infusé de bleu
fildefériste
en course sur le fil de l'eau
de l'aube
de l'onde en feu
en fonte
Je dis
grand échassier peintre
debout sur les tessons du déséquilibre
Salut

a adam 3.jpg

Debout dans la nuit
juste devant
les longs cils de la nuit
je m'assois dans la galerie
 
Longs mariages sur la mer
des grands épouvantails
du soir
 
Chemin perdu
des aqueducs au vent
 
Naissance au crépuscule
de la porcelaine des gestes
que rompt
le marteau de la liberté

a adam 4.jpg

Masse des songes
des cris
assis
sous la débâcle
des glaciers et des terres
mêlés à des assauts de ciel
 
Losanges des soleils
grands trapèzes de l'ombre
lourds troupeaux de désordre
 
Parcelles de couleurs
longs champs métis
drapeaux de nuit
tous entre eux suturés
 
Et pendaison
aux longs cous des pinceaux
de la morale des notaires

a adam 7.jpg

Je saluais alors
et je n'ai plus cessé
les grandes effigies
de ton âme changeante
intègre comme
un an de lumière
sur le cycle des villes
toujours retournées
qui fonde
l'axe flexible
de ton grand atelier

a adam 8.jpg

Lent galop dans
la cendre de la neige
dans le volettement 
des flocons de charbon
Dansante procession
sur des copeaux de fleurs
et des clous de cercueil
 
Toujours
tu tends
et tu étires
et tu chiffonnes
et tu compresses
à l'aune de ton caoutchouc
les états de ton âme
mêlés
aux formes bousculées
du monde
Sans cesse tu inventes
le marc de la géométrie 

Les commentaires sont fermés.