• Pétition pour le parc Lhasa de Sela à Montréal

    A & a & a Lhasa.jpgCe projet n'est pas nouveau. Il est question d'attribuer le nom de notre bien-aimée chanteuse à un parc à Montréal. Je vous demande simplement de signer la pétition en faveur de cette attribution. C'est l'affaire de trente secondes et nous ferons ainsi trace à la mémoire de la belle nomade qui avait fini par s'ancrer à Montréal. 

    Hi,
    I wanted to draw your attention to this important petition that I recently signed:

    PARC LHASA DE SELA
    http://www.ipetitions.com/petition/parc-lhasa-de-sela/?utm_medium=email&utm_source=system&utm_campaign=Send%2Bto%2BFriend

    I really think this is an important cause, and I'd like to encourage you to add your signature, too. It's free and takes just a few seconds of your time.

    Thanks!

  • La Beauté d'Aida Overton Walker

    Perpétuer la Beauté d'Aida Overton Walker

    Aida Overton Walker (1880-1914) était une artiste américaine d'une beauté irrésistible. Elle était aussi surnommée la Reine du Cakewalk. C'était la star du théâtre musical afro-américain du début du vingtième siècle. Elle était tout à la fois actrice, chanteuse, danseuse, chorégraphe. L'excellent espace ci-après vous permettra de découvrir plus amplement cette superbe étoile du music-hall et de la comédie musicale. Je reproduis quelques photographies de l'artiste qui m'est apparue comme une incarnation supérieure de la beauté. Elle est au nombre de ces nymphes que, à l'instar du Faune de Stéphane Mallarmé, je veux perpétuer.

    http://blackacts.commons.yale.edu/exhibits/show/blackacts/walker

    Sources iconographiques : http://www.tumblr.com/tagged/aida-overton-walker

    Quelques représentations de la belle Américaine

    A Aaida O W 6.jpg

    A Aida O W 2.jpg

    A Aida O W 7.jpg

    A Aida O W 8.jpg

    A Aida O W 9.jpg

    A Aida O W 10.jpg

    A Aida O W.jpg

    A Aida_Overton_Walker_1912.jpg

    A Aidfa O W 3.jpg

    Aiada A 2.jpg

    Aida A 1.jpg

    aida a 3 pochette album.jpg

    Aida a 3 Salomé.jpg

    Aidfa A 3 picture.jpg

  • Quelques collègues de Jean Coulon, graveur

    Jean-Pierre LIPIT : peintre, graveur, sculpteur belge

    A Lipit.jpg

    https://sites.google.com/site/lemondedelipit/

    Laurence Léonard : étudie la gravure à la Cambre, la pratique, peint et dirige un magasin pour créateur "Le Caméléon coquet".

    A Laurence Léonard.jpg

    Hubert Teheux

    A Hubert Teheux.jpg

    Gwénaël Guégan : graveuse, illustratrice, infographiste

    http://www.gwenguegan.com/

    A Guégan.gif

    Aagje Ingels (pas d'infos trouvées pour le moment)

  • Jean Coulon

    JEAN COULON

    Le Belge volant – The flying Belgian

    Comment l’artiste se présente :

    Jean Coulon, portrait.jpgJean Coulon est sorti de l’Ecole de la Cambre en 1972. Il se spécialise d'emblée dans la gravure aux techniques dites sèches,"c’est-à-dire sans produits chimiques". Gravures au burin sur cuivre, gravures sur bois, contreplaqué. Au départ ses gravures se caractérisent par une grande minutie dans le travail, l’amour des détails, des ambiances étranges où l’humour parfois grinçant côtoye la vigueur, l’affirmation d’univers foisonnants aux objets démesurés, des villes théâtre de défilés surréalistes ou cocasses. Amoureux des instruments à vent comme le saxophone ou le tuba, il les représente souvent comme des sculptures géantes arrivés dans une ville ou alors sous forme de documents un peu décadents émanant d’un quelconque Ministère des Absurdités Humaines (MAH). Ses dernières gravures mettent en scène des grands chars de parade où l’humain semble dépassé par les machines qu’il a créées, ivresse ou souffrance, mégalomanies humaines, fantaisies créatrices débridées, parodies de la technologie toute puissante... En préparation : burins et pointes sèches sur cuivre de grands formats. La plupart de ses dernières gravures sont imprimées sur papiers Fabriano Artistico et papiers Pascal Jeanjean, papetier à Braine-le-Compte. Dans ce site, qui est encore en chantier, vous trouverez les oeuvres graphiques de l’artiste mais aussi des photos techniques (cuivres, outils) et de lieux de travail - comme L’ATELIER KASBA à Boitsfort (plus de renseignement bientôt sur ), lieu où J. C. travaille souvent en compagnie des graveurs Jean-Pierre Lipit, Laurence Léonard, Hubert Teheux, Gwénaël Gégan, Aagje Ingels. Il y aura aussi prochainement des photos de l’atelier typo de J. C. ainsi que des photos d’instruments de musique, puisqu’ils font partie de sa vie créatrice.

    Ce que nous écrivons à propos de lui :

    Je viens de découvrir cet artiste graveur, formidable et méticuleux artisan doublé d'un créateur inspiré.  Haute futaie de la gravure. Techniquement, voilà une flèche, une pointure hors catégorie. Un horloger, un orfèvre du trait, décidé à posséder pleinement, à assurer la maîtrise sur le moindre millimètre de sa création. Il excelle dans le complexe, le savant, c'est un faramineux moine enlumineur et un architecte pointilleux, il fait chanter, tressaillir le matériau, il a la griffe d'un félin et d'un cartographe, le trait d'un archer. Un trait qui fait mouche. Il promène l'habileté sur les sommets, tout en haut. Il est, dans la maîtrise, un albatros dans les airs. Et c'est aussi un édifice baroque à lui tout seul. Je sens dans ses encres les souffles lointains de Piranesi, de Rops, de Bresdin ou d’Ensor, je sens surtout l’affirmation heureuse, enthousiaste de la possession singulière et originale de son art. Il a la poésie inventive, fastueuse. Il a respiré le pollen surréaliste. C'est un visionnaire nourri au fantastique. Un démiurge de l'imaginaire. C'est un grand Belge, un ancien Belge, un primitif flamand, un oniriste, un obsédé saxuel, un artisan wallon. Il voit le cygne dans le saxophone. C'est un artiste dont les arpions ont une origine, une assise solide et stable et dont les mains et les oeuvres sont aériennes et aviatrices. Tout grand talent colle une claque à l'esprit de frontière. La mesure et la démesure trouvent dans son art un affolant point d'équilibre. Un vent singulier aère la caverne de son crâne. Coulon est possédé par le vent, traversé par lui, fécondé par les grands mouvements d'air qui circulent en altitude. Il incarne cette possession éolienne par une passion pour les cuivres ou les bois : trombone, tuba et saxophone. Il a compris le génie formel qui se tient ployé dans l'instrument à vent. Il le développe en grands élans graphiques. La majesté, le somptueux ne lui font pas peur, c'est un grand, il assume. Il assoit, dans la décontraction et la fantaisie, son règne de grand maître graveur. Tout le reste est talent appliqué, savoir-faire magistral, efforts interminables, conception méticuleuse, goût du détail, patience et passion. Il aime la mer aussi, et ses bateaux voguent sur le toit des villes et, puisqu'il est belge et de partout, il est de la montagne aussi, du courant d'air sur quoi surfe l'exocet ou plane le poisson volant. Son a/encre est belge, son oeuvre va au monde. Il y a du nonsense dans son travail, de la dinguerie, de la maboulerie mais élevée à la température du chef-d’œuvre. Il devine la course des pneumatiques dans les tubulures du tuba ou du trombone. C'est un grand arbre aérien, ses racines sont profondes, sa ramure splendide et allègre. Jean Coulon est un géant de la gravure, un aérostat, un navire céleste et marin, c'est le Belge volant et il faut regarder sa rencontre comme un heureux présage.  

    A Jean Coulon 1.jpg

    A Jean Coulon 4.jpg

    A Jean Coulon 5.jpg

    A Jean Coulon - deux.jpg

    A Jean Coulon - Tour Eiffel fossile.jpg

    A Jean Coulon - trois.jpg

    http://www.jeancoulon.be/

    http://www.lagalerie.be/jean/

    https://www.facebook.com/jean.coulon.12/media_set?set=a.4104890898079.2164681.1157217976&type=3