Avec Isabercée Di-Puglia

Isabelle de la nuit et des couleurs

a isa 5.jpg     a isa 2.jpg     a isa 3.jpg

Oeuvres : Isabercée Di-Puglia - Poèmes : Denys-Louis Colaux
Les oeuvres sont la propriété des auteurs
 
http://www.isabercee.com/
http://berceedipuglia.blogspot.be/
http://www.agentdartistespeintres.ca/isabercee-di-puglia/
 
INCIPIT
 
J'aimerais
après la traversée
après le temps des foudres et des chutes
que la nuit enfin réparée
vous fût douce 
comme sont à mes yeux
intenses
les lampadophores de vos couleurs

a isa 6.jpg

AVERSES NOIRES & CHANTEPLEURE
 
Isabelle
il pleut ces derniers temps
d'énormes gouttes
des brassées de fleuves
et des cieux entiers
sur la rue de votre vie
je suis venu
avec cette chantepleure
afin de donner ou de rendre
à toute cette eau de malheur
le chemin de la mer
et le sens oublié du bleu

a isa 7.jpg

AU FOYER D'ISABELLE
 
Au foyer d'Isabelle
là où sans se consumer
brûlent et dansent les couleurs
se mêlent les étincelles
les papillons et les ombres
je devine des astres de sang ardent
le ciel mêlé au fond de la mer
le jour attaché à la corde du soir
le clou du rêve enfoncé dans la planche du réel
le bénitier amoureux de la main qui se trempe à son eau
 
Au foyer d'Isabelle
à la javelle où ses gestes
s'unissent et se déprennent
j'entends valser l'âme enflammée
du tableau vivant de sa vie
j'entends bouillir
le thé exalté
de son désir de peindre
j'entends hurler
au centre de l'étang
où ses huiles reposent
la héronne cendrée qui se déploie en elle
quand elle ouvre les bras
pour mener son orchestre
 
Au foyer d'Isabelle
la mer entre par la fenêtre
comme un grand chat liquide
de gros caillots de nuit
heurtent
les banquises de l'aube
des navires de glace
fondent au soleil incendié
de longs plumeaux de paons
enlassent des corbeaux
et dans la neige féminine l'ombre
sertit son khôl et son rimmel
 
Au foyer d'Isabelle
les souffleuses de pigments
aux embouchures du cristal
mettent l'empreinte de leurs lèvres
et les orgues de leurs poumons
Puis comme un début d'éventail
au secret d'Isabelle
un mystère s'entrouvre
et son charbon intime
comme deux paumes jointes
héberge
la braise d'un couple d'oiseaux

a isa 8.jpg

ISABELLE EN SA FORGE
 
Je la connais je crois
cette ardeur à battre son fer
à se déposséder
des peuples qu'on héberge
en un musée au fond de soi
 
Sans vous lasser jamais
vous poussez dans la course
qui mène au pays de la trace
au ciel visible de tous
les comètes cachées
dans vos constellations secrètes
 
Du haut de vos balcons
vous jetez des fenêtres
ouvertes sur vous-même
et le ciel tout entier
De grands oiseaux d'extase
mènent rêver vos femmes
dans le velours des nuits
et leurs regards sublimes
ont cet éclat liquide
des grands diamants crus
 
Vous semez de la fièvre
les vrais fantômes de l'étreinte
les combustibles orangés
les pelures d'or fin
que la volupté laisse
dans le ciel où elle passe
vous répandez
le goût 
palpable et vif
comme le corps d'un poisson pris vivant
de la passion qui tourne
dans ces fleuves qui vont
leur ruban autour de la terre

a isa 9.jpg

Les commentaires sont fermés.