13/04/2012

Petits inédits

BRUMES DU MAGNE

De grands roulis de lait
étendus de miel ocre et de sucre candi
Des roulis d'âmes
mêlés de gypse et de péchés véniels
Roulaient
sur des bastilles de sable et de pierre
des manèges solubles
d'humanité morte et naissante
 
OCHIA
 
La vie par ses fissures
par les nervures de ses rêves
sue de l'encre à poème
et du thé d'arc-en-ciel
 
LES PLAINES DU MAGNE
 
Aux longs fils électriques
              qui font entre deux crêtes
passer le monde
         par le chas de l'aiguille
sèchent les linges
les dépouilles de mue
de l'horizon lavé
 
Des vergers de couleurs
mouillés dans leurs racines
hèlent de leurs chapeaux
tout en haut du Péloponnèse
les grands cheveux de la lumière

10:31 Écrit par dlc dans Petits inédits | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.