Denys-Louis Colaux

  • NELLY KAPLAN - cinéaste et romancière

    N E L L Y   K A P L A N

    a kap.jpg

    Détail : photographie de Jean-Philippe Charbonnier

    Kaplan a anno.jpg     Kaplan A quatro.jpg     Kaplan a cinque.jpg

    Cinéaste, écrivaine, scénariste, dialoguiste, actrice, chroniqueuse, poétesse française née un jour à Buenos Aires, en Argentine. A son palmarès, des films inoubliables, nouveaux, singuliers ! Un chef-d'oeuvre, une perle culte : La Fiancée du Pirate ( 1969, avec Bernadette Lafont, Georges Géret, Julien Guiomar, Claire Maurier). Une filmographie atypique, audacieuse, inventive : Papa les petits bateaux (1971, un film cartoonesque, délirant, limitrophe de Guignol et de Tex Avery; une distribution énorme : Sheila White, Michel Bouquet, Judith Magre, Michael Lonsdale, Pierre Mondy, Jean Parédès, Catherine Allégret, Régine Desforges, Jean-Jacques Pauvert et Nelly Kaplan herself), Néa (1976, conte immoral et sublime, incisif et drôle, esthétique et provocant, profond et léger, avec Samy Frey, Ann Zacharias, Micheline Presles, Heinz Bennent), Charles et Lucie ( 1979, road movie inspiré, poétique, abracadabrant, poignant et jubilatoire avec Ginette Garcin, Daniel Ceccaldi et, somptueuse, fastueuse, impérieuse dans le rôle de Nostradama, voyante extralucide et championne du rayon vert, Nelly Kaplan), Pattes de velours (1987, téléfilm hilarant sur la formidable débandade d'un bigame, avec une distribution fastueuse : Bernadette Lafont, Caroline Silhol, Pierre Arditi (grandiose et alerte), Michel Bouquet (une irrésistible leçon d'humour relevée de saillies lyriques), Plaisir d'amour (1991, farce réjouissante d'un Burlador possédé de fond en comble par trois femmes, quatre même avec Pierre Arditi, Françoise Fabian, Dominique Blanc, Pierre Dux, Cécile Sanz de Alban Heinz Bennent, Jean-Jacques Moreau). A ceci, on ajoutera une importante oeuvre de documentariste d'art avec des films consacrés au peintre Gustave Moreau, au graveur Rodolphe Bresdin, au génial cinéaste Abel Gance (avec qui Nelly Kaplan collaborera très longuement), au Musée des arts décoratifs, aux impressionnants dessins de Victor Hugo, aux dessins érotiques d'André Masson, à Pablo Picasso. On mentionnera encore l'oeuvre romanesque de l'artiste dont on découvrira le détail en exploitant le lien joint plus bas.

     a anel b.jpg             aanel d.jpeg

    E n    u n e    l i g n e

    a nelly.gifElle est belle, elle est cinéaste, elle est inventive, elle est astrale, elle est inédite, c'est une sphinge, elle est obstinée, elle étrille, elle rayonne, elle est audacieuse, elle défie, elle accomplit vingt et cent travaux, elle est infatigable, elle est magistrale, elle est folle, elle est libre, elle est furibonde, elle est insolente, elle est insolite, elle est tendre, elle tient tête dans l'adversité, elle ne veut pas d'un maître, ni d'un dieu, elle n'en fait qu'à sa tête, elle provoque, elle ironise, elle incendie, elle dépèce les vieilles icônes, elle aime, elle règne, elle sabre, elle torée, elle éperonne, elle entretient avec les chats des rapports de complicité, elle écrit des romans, elle possède des olympes secrets, elle joue avec des mots qu'elle a conquis de haute lutte, elle soufflette, elle est Sélénienne, Sorcière, Flibustière, Beauté irrésistible, mythe, légende, faunesse, elle est intelligente, elle est futée, elle frappe avec les poings, elle marche dans Paris, sur la Seine, sur la scène de Paris, elle est intraitable, la majesté lui va comme un gant, elle navigue, un flux magique l'escorte, la précède et la suit, elle capte le rayon vert et le restitue par les yeux, elle est fidèle, c'est une panthère déguisée en diva et inversement, elle cingle parmi les eaux et les astres, c'est une sculptrice de pygmalions, c'est un profil, une bouche, une somptueuse suite de lignes, elle connaît la complicité amoureuse, elle est hilarante, c'est une iconoclaste, une demoiselle, elle est fondamentalement rebelle, elle connaît le tragique, elle signe des pactes avec le Hasard, elle a un certain goût pour l'énormité, elle a les yeux verts les plus félins de l'histoire de la féminité, elle est indépendante, elle inspire, elle est grave, profonde, légère, argentine, française, elle hisse aux quatre hampes cardinales le pavillon pirate et son Jolly Roger est une violente affirmation de vie, sa voix contient une épice affolante, elle est incisive, tenace, brutale, sophistiquée, directe, elle est aimée, elle aime, elle est acharnée au travail, elle feule,  elle est historique, elle est décisive, elle est mémorable, elle écrit des poèmes, ses enthousiasmes sont vigoureux et résistants, elle écrit des chroniques, elle scintille, elle joue des rôles à l'écran, elle étincelle, elle parlemente avec les étoiles, elle écrit des scénarios et des dialogues, elle a toujours une omelette sur le gaz, elle fonce, elle emboutit, c'est une élégante, elle aime les tableaux, le talent, le génie, elle n'en finit jamais.      

    Pour une immersion dans l'oeuvre, cliquez ici : 

    http://denyslouiscolaux2.skynetblogs.be/nelly-kaplan/

    kaplan a duo.jpg

    kaplan a uno.jpg

    kaplan a tertio.jpg

    a nelly a.jpg

    a anel 1.jpg

    a anel 4.jpg

    anel 1.jpg          anel 3.jpg

    a anel 9.jpg

    a anel 9.jpg

    anel 2.jpg

    Pour découvrir d'autres portraits de l'artiste :

    http://www.gettyimages.fr/photos/nelly-kaplan?excludenudity=false&mediatype=photography&phrase=nelly%20kaplan&sort=mostpopular

    La Fiancée du Pirate

    ak 1.jpg

    ak 2.jpg

    ak 6.jpeg

    http://denyslouiscolaux2.skynetblogs.be/archive/2013/07/30/la-fiancee-du-pirate-1969-7883295.html

    Papa Les Petits Bateaux

    ak 4.jpg

    ak 3.jpg

    ak 5.jpg

    http://denyslouiscolaux2.skynetblogs.be/archive/2013/07/30/papa-les-petits-bateaux-1971-nelly-kaplan-7883382.html

    Néa

    ak 6.jpg

    ak 7.jpg

    ak 8.jpg

    http://denyslouiscolaux2.skynetblogs.be/archive/2013/07/30/nea-1976-nelly-kaplan-7883419.html

    Charles et Lucie

    ak 9.png

    ak 11.jpg

    sources du montage : http://php88.free.fr/bdff/image_film.php?ID=3696

    ak 11.png

    http://denyslouiscolaux2.skynetblogs.be/archive/2013/07/31/charles-et-lucie-1979-nelly-kaplan-7883634.html

    Pattes de velours

    ak 12.jpg

    ak 13.jpg

    http://denyslouiscolaux2.skynetblogs.be/archive/2013/07/31/pattes-de-velours-nelly-kaplan-1983-7883667.html

     Plaisir d'Amour

    ak 14.JPG

    ak 15.jpg

    ak 16.JPG

    http://denyslouiscolaux2.skynetblogs.be/archive/2013/07/31/plaisir-d-amour-nelly-kaplan-1991-7883707.html

    Voir aussi notre rubrique :

    Nelly Kaplan sur le Web

    http://denys-louiscolaux3.skynetblogs.be/archive/2016/09/24/nelly-kaplan-sur-le-web-selection-8652203.html

  • Rita Damasio entre en scène

    a Damasio Rita.jpg

    R I T A   D A M A S I O

    Premier concert de Rita Damasio en solo à la Casa de Musica à Porto le 10 septembre 2016

    a rita 2.jpg          a rita 3.jpg

    Rita Damasio donnait son premier concert en solo à la Casa de Musica à Porto. Les enregistrements live réalisés ce 10 septembre permettent de réaliser la qualité du concert. J'ai envie de donner une dimension à cet événement, la dfimension qu'il mérite : une artiste prend place sur la scène et donne sa mesure. Il se passe quelque chose. Une éclosion, une révélation. Lors de ce concert, Rita était accompagnée d'excellents musiciens.

    Line-up du concert

    a Da 1.jpg

    Paulo Cavaco, Rita Damasio, Sergio Mendes

    a da 2.jpg

    Paulo Cavaco, Alex Gasper (road manager, ingénieur du son), Sergio Mendes

    a dama 1.jpg

    Répétitions

    Titres enregistrés en life à la Casa Musica de Porto

    Rita Damasio reprend Pajaro de Lhasa de Sela

    A & a & a Lhasa.jpg

    https://www.youtube.com/watch?v=MH26ZLHkT9c&feature=youtu.be

    Rita Damasio chante Green Grass de Tom Waits

    a amw.jpg

    https://www.youtube.com/watch?v=gK0VFURUZ30

    Rita Damasio compose et chante un poème que j'ai écrit pour elle : La Nuit

    https://www.youtube.com/watch?v=8syLa_kLRNs

    Liens indispensables

    http://www.rita-damasio.com/

    https://www.facebook.com/ritadamasio.pt/

    https://www.facebook.com/ritadamasio.pt/videos

    https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1256395591057954&id=100000625741658

    Premier single

    a dama titre.jpg

    https://www.facebook.com/ritadamasio.pt/

  • Enrico Robusti (2)

    E N R I C O   R O B U S T I

    somptueux prophète de malheur

    a en 17.jpg

    Un maître nous crucifie à coups de pinceaux

    J'ai parlé déjà de cet artiste hors du commun. Et mon exaltation ne s'épuise pas d'une once. plus je regarde l'oeuvre, plus elle m'épate par son acuité affolante, sidérante, plus sa puissance me sidère et m'emporte. J'aime cette violente rupture d'équerre qui fait basculer le monde, en abolit la gravité, en déforme les perspectives, rompant avec tout équilibre physique et mental, créant une espèce d'aspiration du monde par ses points cardinaux, une impression de renversement, nous jetant dans un monde d'excès, d'hystérie, d'hallucination. Avidité orgasmique, engloutissement, attraction, ploiement, basculement. Le monde est un estomac qui broie, un espace qui fait osciller les choses comme des algues. Tout se vit dans une formidable caricature réaliste, dans une laideur hypnotique rendue par un art hautement maîtrisé. Tout d'un seul coup peut se retrousser. Tout est prédateur et proie, tout est amour et dévoration, tout est bonheur et écœurement. L'oeuvre tient, toise, traverse comme une dague. Tout est cri et folie. Il y a des indices d'apocalypse. Tout est consommation. Appétit démesuré, quête morbide de satisfaction.Tout, êtres, désirs, objets, espaces, animaux, tout est malade. L'oeuvre seule est une bouée dans la débâcle. Là, un effroi passe, une onde d'effroi. La sérénité a été engloutie comme un aliment. Le sérieux est troué, défiguré, découronné. Les peaux sont vertes, pourpres, les maxillaires serrées. Tout penche, la légèreté est proche de l’incontrôlé, du flottement, de la perte de maîtrise. Le beau et l'odieux se désirent, se veulent, se confondent. La satiété est impossible, inaccessible, désirée.  Les corps grimacent, se tordent, convulsent dans des expressions de suffisance pathologique. L'aisance est un cancer. Le mal prolifère. Prospérité de l'infirmité, de la morbidité. Peste érotique, lèpre esthétique. Tout s'enlise dans tout, tout empeste le foutoir de luxe, l'amour et le prurit. Gavage de soi par soi-même, course au gavage, engraissement nuisible. Teints cadavériques, altérés, nocifs, terreux. Pourtant ça bouffe, ça engloutit, ça surbouffe, ça surbâfre, ça se dilapide et se dilate en bouffes obscènes, en opéras-bouffetances. Le laid, l'immonde touchent à la somptuosité. Tout est tragi-clownesque, majestueusement hideux, c'est le plantureux cirque de la fin du monde.  Ce monde qui est un boyau instable, pris de spasmes. Des indices de beau subsistent, comme des cadavres sur un fleuve en crue.  Grâce, graisse, grimace. En fait, ça dérape, tout enfle, tout prend des proportions pas tenables du tout. Le vraisemblable n'est plus semblable au vrai. Le vrai, c'est la nausée. Nous sommes insupportablement vrais, nous tombons dans la fange sans fond, dans le jus d'estomac de la vérité. Le paradis, la morgue, l'enfer, c'est nous.

    a en 8.jpg

    a en 5.jpg

    a en 1.jpg

    a en 2.jpg

    a en 3.jpg

    a en 4.jpg

    a en 6.jpg

    a en 7.jpg

    a en 9.jpg

    a en 10.jpg

    a en 11.jpg

    a en 12.jpg

    a en 13.jpg

    a en 14.jpg

    a en 15.jpg

    a en 16.jpg

    a en 18.jpg

    a en 19.jpg

    a en 20.jpg

    a en 21.jpg

    a en 22.jpg

    a en 23.jpg

    a en 24.jpg

    a en 25.jpg

  • Dy Lay invite sa souris chez les Black Venus : un ravissement

    LADY LADY LADY LAY EN SON MERVEILLEUX ROYAUME

    J'ai dit déjà dix, vingt, cent fois l'enthousiasme qu'éveille en moi à grands coups de buccins, de trompes et d'olifants la divine souris, la trouvaille picturale de Dy Lay. J'ai dit le bonheur que m'inspire ce projet ludique, pictural et pédagogique. Et là, après avoir promené son délicieux rongeur chez les maîtres de la peinture, toujours avec une égale maîtrise, avec une exigence inflexible, avec une affolante fraîcheur et une inventivité délicieuse, voici qu'elle l'invite chez les divas noires où elle accomplit des prodiges. La petite souris se fait suite de souris divines. C'est beau comme tout, c'est chou, c'est léger, c'est grisant, c'est exaltant, c'est raffiné, élégant, suavement afrodisiaque, c'est farce et poignant en même temps, c'est d'un charme irrésistible. Et cela constitue une somptueuse galerie de joyaux noirs, de charbons ardents et somptueux, de beautés et de talents faramineux. Moi, dans de telles conditions, je biche grave, j'exulte, je ris d'allégresse, j'applaudis à tout renverser. Et j'introduis illico une demande pour la canonisation de la jolie et douée DY. Sainte Dy, brillez pour nous. Merci, ma chère, pour ces fleurs fastueuses.

    a dy 1.jpg          a dy 2.jpg

    a dy 3.jpg          a dy 4.jpg

    a dy 5.jpg          a dy 6.jpg

    a dy 7.jpg          a dy 8.jpg

    a dy 9.jpg          a dy 10.jpg

    a dy 11.jpg          a dy 12.jpg

  • A mains nues - Concert Ault, département de la Somme

    A   M a i n s   N u e s

    Concert à Ault, dans le département de la somme, 11 septembre 2016 - Eglise Saint-Pierre

    Disons d'abord que le concert est fondé sur 14 titres (que j'ai écrits et que Vincent Rouard a mis en musique) qui donnent lieu à un double album. D'abord, la version originale, chantée par Vincent Rouard ( composition, piano, chant) accompagné de Vincent Noiret (contrebasse). Une seconde version est insérée dans l'album avec la voix de Myriam Debry. Deux approches des mêmes titres pour le prix d'un seul album. 

    allbum à mains nues 1.jpg     album à mains nues.jpg

    Pour se procurer ce double album, une seule adresse : http://www.vincentrouard.be/amainsnues_commande.php

    Copie de DSCF8397.JPGCe dimanche 11 septembre, dans l'étrange et captivante église Saint-Pierre d'Ault, Myriam Debry (voix) et Vincent (piano, voix) étaient réunis pour un beau concert devant un large public particulièrement chaleureux et réceptif. On éprouvait, presque physiquement, la circulation d'une vibration sensible et émue. Le temps est passé très vite, entre la joie, l'ironie, l'émotion nue, dans une impression d'écoute intense. Une prestation de Vincent très en confiance, précis, tirant tout le parti d'un très sonore demi queue Yamaha. L'instrumentiste est à l'aise dans le beau domaine de ses mélodies, le plaisir qu'il prend à les interpréter est perceptible et communicatif. Il faut dire qu'il a conçu un répertoire de mélodies singulièrement varié. Rythme, allégresse, recueillement, lenteur, zeste de jazz, taquinerie, tout s'enchaîne avec bonheur. Dans la présence de Myriam, il gôute par ailleurs désormais au plaisir du chant. Tous les vents sont favorables, le Yamaha des Maîtres du piano navigue avec aisance sur les eaux du département de la Somme. Et puis il y a Myriam. Elle ne ressemble à personne, totalement interprète, formidablement présente. C'est une artiste qui s'épanouit en concert. Impossible de la laisser passer. Elle vient débusquer l'auditeur, le ravir. Elle joue, elle danse, elle vole, elle s'immerge totalement dans l'interprétation. Elle vibre et transmet. Sa belle voix laisse s'épanouir des vibratos aériens. Elle parle aussi. Elle vit intensément l'instant du récital. On la suit. Moi, j'écoute mon ami Vincent, je me souviens de la complicité passionnante qui a conduit ce projet. Je me souviens de la construction lente et ardente de l'album, des échanges de textes et de mélodies, de ce dialogue étrange, captivant et soutenu. Porté par le projet, nous avons, lui et moi, beaucoup travaillé dans une sorte d'urgence allègre et féconde, d'écoute et d'entente mutuelles. Aujourd'hui que l'album vit, aujourd'hui qu'il résonne, qu'il tinte et danse devant le public , je me ressouviens de sa conception et je renoue avec l'électricité dont il s'est nourri. Je songe alors que ce projet, lorsqu'il est au monde et va sa vie, fait s'épanouir dans le pré de l'amitié des fleurs pas courantes, colorées et vivaces. J'écoute, sous les voûtes de la vieille église, j'écoute la diva en songeant que cette présence féminine ouvre le coffret du projet et lui apporte un parfum, une acuité, je songe que cette féminité talentueuse le singularise, lui confère une allure, un port, un retentissement dont je m'étonne et me réjouit. Je cueille et savoure la magnitude de l'instant présent. Le public a salué la prestation par de longs applaudissements enthousiastes. Si l'on ne devait craindre le ridicule de la formule, on écrirait qu'une standing ovation a salué le récital. Autre événement de taille, le photographe Arto Pazat, dont j'aime intensément le travail, m'a fait l'amitié de venir d'Amiens pour assister à la chose. Nous faisons connaissance. Nous nous asseyons un instant à la terrasse du Week-end à Ault. Nous prenons date. Il m'offre une superbe photographie. Précieux. Mon avis immédiat est qu'il existe tout de même de beaux instants. Bienfaisance aultoise. Beau lieu de la Somme. La Belle Epoque, c'est aujourd'hui, maintenant. 

    Copie de DSCF8374.JPG

    Eglise Saint-Pierre d'Ault

    R é p é t i t i o n s

    Copie de DSCF8365.JPG     Copie de DSCF8366.JPG

    Copie de DSCF8367.JPG     

    Copie de DSCF8373.JPG

    Copie de DSCF8368.JPG

    C o n c e r t

    Copie de DSCF8393.JPG

    Copie de DSCF8394.JPG

    Copie (2) de DSCF8405.JPG

    Myriam Debry et Vincent Rouard après le concert, à la terrasse du Week-End

    Copie de DSCF8404.JPG

    Avec Arto Pazat, dans l'église Saint-Pierre (Photo Nelly Colaux)

    a arto a.jpg

    Après le concert - Photo Arto Pazat

    S u r    A r t o    P a z a t

    Découvrez l'oeuvre de ce passionnant artiste photographe français.

    http://denyslouiscolaux2.skynetblogs.be/arto-pazat/

    http://www.artopazat.com/

    http://www.loeildelaphotographie.com/fr/author/arto-pazat/

    http://www.lavieengris.com/?author=289

    https://www.facebook.com/arto.pazat

    art 1.jpg

    art 2.jpg

    art 3.jpg

    arto a.jpg